Témoignage de René PARMEGGIANI

Écrit par René PARMEGGIANI on . Posted in Témoignages

Comment Jésus-Christ est entré dans ma vie :

 Je suis né en 1937 à Seloncourt, département du Doubs, dans une famille d’ouvriers. C’est à l’âge de 22 ans que j’ai vraiment compris que, mener sa vie selon son bon plaisir n’engendrait que soucis, détresses et inquiétude.

Déjà tout jeune, d’un tempérament craintif, mon cœur n’était pas en paix. A l’âge de 7 ans, après la seconde guerre mondiale, j’ai fréquenté l’Eglise protestante de mon village, ma mère étant d’origine protestante. Bien enseigné par le pasteur et les monitrices, j’ai reçu une instruction religieuse. J’aimais bien les histoires de la Bible, et j’apprenais avec zèle, des petits versets de la Parole de Dieu, que je récitais lors des fêtes, en particulier Noël. Cette période de l’année avait beaucoup d’importance pour moi, car Noël, c’était la fête de la lumière, de la famille et surtout des cadeaux !

Mais cela n’allait pas plus loin : les fêtes passées, la morosité et le train-train de la vie reprenaient le dessus.

Après ma confirmation, à l’âge de 16 ans, j’allais à l’office du dimanche matin pour retrouver mes copains et boire l’apéritif à la sortie !

Les activités de la semaine se limitaient à la chorale, le théâtre et le groupe de jeunes !

En 1956, à l’âge de 19 ans, j’ai obtenu mon CAP d’ajusteur, travaillé un an en atelier, chez Peugeot. Je trouvais la vie monotone, et le travail peu rémunéré.

Je décidai donc de m’engager dans l’armée, en devançant l’appel. Mon rêve : voyager, découvrir de nouveaux horizons, et profiter de la vie au maximum.

Pour voyager, J’ai voyagé … ! Après mes classes à Fréjus, j’ai embarqué à Bordeaux pour l’Afrique Equatoriale Française, en Oubangui-Chari, pays situé au nord du Cameroun. Je me retrouvais en pleine brousse, mon envie de m’amuser a été vite réduite à néant ! Ma seule distraction consistait en une séance de cinéma par semaine, si le groupe électrogène voulait bien fonctionner !

Après quinze mois de ce régime, je suis rentré au pays, comptant bien me rattraper dans le domaine des distractions. Je suis retourné à l’Eglise protestante de mon village où bien des choses avaient évolué en mon absence !

Une mission d’évangélisation sous tente s’était déroulée en mai 1958, et une autre se préparait pour 1959. Ayant repris la chorale, j’ai été très vite « réquisitionné » pour apprendre et interpréter des cantiques afin d’animer les prédications des évangélistes Thomas Roberts et Marcel Graber. Ma maman avait été touchée par la puissance de l’Evangile, au cours de la campagne de 1958 et me l’écrivait dans ses lettres. Cela me surprenait, car avant, elle n’allait jamais au temple.

Pendant la nouvelle mission, je suis allé chaque soir, sous la tente, écouter l’évangéliste et chanter avec la chorale d’hommes de Seloncourt.

J’ai découvert, au fil des soirées, l’intensité avec laquelle parlait le prédicateur. Les paroles qu’il prononçait par l’Esprit de Dieu étaient vécues et imprégnées dans tout son être.

Pendant mes jeunes années, les pasteurs qui m’avaient enseigné, avaient bien fait leur travail. Au cours de la mission, j’étais bien disposé à écouter ! Chaque soir, la réunion se terminait par un appel à la repentance et une invitation à accepter Jésus-Christ dans son cœur.

J’ai donné mon cœur à Dieu, non pendant la mission, mais lors d’une retraite spirituelle, à Fontaine Lavaganne, au nord de Paris, organisée par les mêmes évangélistes.

A travers Jésus-Christ, Dieu m’a montré le chemin qu’il faut suivre et cela m’a profondément bouleversé. Guidée par l’Esprit de Dieu, ma vie a changé dans bien des domaines. J’ai appris, entre autre, à regarder mon prochain d’une autre manière, et surtout à témoigner que Christ est vivant, ressuscité après avoir versé son sang pour effacer mes péchés.

Mon engagement dans la chorale des Pèlerins du pays de Montbéliard pendant 45 ans, mon témoignage, la communion fraternelle avec d’autres chrétiens et l’étude de la Bible, m’ont permis d’approfondir ma relation avec mon Dieu.

J’ai aujourd’hui 76 ans, et je peux certifier que Dieu m’a gardé et m’a fait vivre des années merveilleuses. A Lui soit la gloire !